10/10/2005

Réflexion : Saint Augustin

"je franchirai donc ces puissances de mon être,
pour monter par degré jusqu'à celui qui m'a fait.
Et j'entre dans les domaines,
dans les vastes palais de ma mémoire
où sont renfermés les trésors
de ces innombrables images
entrées par la portes des sens. "


Saint Augustin, Livre 10, chapitre VIII
 











12:55 Écrit par longuesjambes | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

certes, mais je ne pense pas que saint augustin eûsse été content de vos amours libertines, , vous pourriez réecrire non plus la cité de dieu, mais la cité de l'amour pluriel..palais de la mémoire où se refletent les innombrables et plurielles images et visages, perceptions de l'amour..

Écrit par : eidos | 14/03/2008

QUI SAIT ? C'est pas dit, Eidos, c'est pas dit du tout !

Écrit par : longuesjambes | 14/03/2008

à ce propos, pour baudelaire, dieu était la plus grande prostitué du monde, il offrait ses bras et son antre douce à toutes âmes humaines,

Écrit par : eidos | 09/05/2008

Les commentaires sont fermés.