20/07/2008

ne jamais faire semblant

Je pense souvent à Françoise Simpère, à Syolan, à d'autres femmes qui assument leurs amours, leur coeur, leur fidélité sentimentale.

Par expérience, je leur tire mon chapeau, car il faut beaucoup de patience et de force pour rester soi-même !

Si je ne respecte pas ma profonde Nature, je souffre dans mon corps -il devient malade - je souffre dans mon âme et lorsque je respecte cela, c'est socialement que je ne me sens pas très bien.

J'aime mon Letché profondément, pasionnément , et j'aime toujours mon cher Pascal.  La différence, c'est que ma peau, mon corps, ne veulent que Letché.   C'est surtout ma tendresse spirtuelle et sentimentale qui aime Pascal.  Le voir malheureux me fend le coeur, le voir patauger dans ses conquêtes me donne du blues au coeur.

Pourquoi est-ce donc si difficile pour les humains d'accepter que nous  sommes faits pour aimer infiniment ? Comment font-ils , ceux qui oublient leurs anciens amours ? Comment font-ils  pour ne plus aimer ?  Qu'ils me donnent la recette, ce serait en effet si simple, tellement plus facile  . . . .

Et pourquoi cela dérange tant  certains qu'il y ait des femmes qui restent fidèles dans leur coeur ? Pourquoi ce sentiment de rejets si nous ne choisissons pas de "détester" nos ex, de les mépriser, de leur faire la gueule, de les critiquer, de les descendre en flèche devant l'opinion des autres ? ? ?

Et pourquoi est-on traitées de salopes alors que nous sommes dans l'amour réel, sans jugement, sans sentiments de possession, sans jalousie, sans calcul ?

Mais ça, en réalité, je souris, et m'en amuse, je ne m'en fais pas lorqu'on me le dit en face.  J'y sens plus de la tendresse que du jugement.
Il y a d'autres personnes qui me font de grands sourires mais hypocritement préfèrent me fuire, m'éviter.

Tan pis, tant pis. 

La Vie fait un élagage naturelle tout simplement.

En restant Soi, on se fait peu d'amis, c'est sur, mais ils sont sincères, fidèles et bons ! On se fait une bonne santé, une belle vie emplie de pronfondeur, et loin de soi la superficialité !

12:21 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |