12/08/2008

CHOISIR, tout est question de choix

Un certain Mâle m'a laissé un commentaire, il y a quelques jours, qui me donne envie d'en dire plus.

Je vous parle moins souvent de  ce qui se passe dans ma vie, mais cela ne signifie pas qu'elle devient monotone et morose.

Je vis ma passion avec Letché, au jour le jour, restant toujours lucide, à cause de notre différence d'âge. Comme je vais l’expliquer, cette prudence est un choix. 
Je peux choisir de vivre mes amours comme cela me convient. Nous ne devons en aucun cas subir l’amour comme une fatalité. Mais je pourrai aussi choisir que, malgré notre différence d’âge, tout peur continuer éternellement entre lui et moi.  Une petite peur en moi qui me fait faire un choix.

Le Sioux reste mon meilleur ami, celui avec lequel j'ose aussi me confier de tout.  Il donne de bonnes nouvelles ! Il confirme que mon intuition ne se trompait pas en ayant vu ses qualités, ses défauts aussi, mais surtout la raison de ses défauts.

Une fois de plus, que puis je vous dire ? Chez tout le monde, vraiment tout le monde, les défauts viennent d'une enfance blessée.  Puis en tant qu'adulte, il nous faut trouver le déclic pour choisir de ne plus laisser nos défauts diriger notre vie.  C'est ainsi que j'attends patiemment que certains sentent quand il devient urgent de choisir l'autre chemin : celui du simple courage de se prendre en main. (Moi y comprise bien sûr !)

Il y a quelques rares personnes dont je sais qu'elles auront ce courage un jour.  J'attends, restant en relation avec elles, par amitié, par amour.  
Ce fut le cas avec Letché, il a vite compris ce qu’il désirait changer en lui-même. C'est le cas avec Le Sioux.  Ma fille à ce don.  Une de mes amies très proche, Doudouce, enfin découvre la joie de ce choix. Cela peut prendre des années ! Mais je sais que je n’ai même pas besoin de leur dire, cela vient tout seul, et je ne romps pas les ponts avec ces personnes, m’enrichissant de patience  grâce à la relation qu’ils m’offrent.
Les autres, je sais parfois qu’il ne faut pas attendre, cela risque d’être vraiment trop long et j’y perdrai des plumes. Je prends alors mes distances.  D’elles-mêmes, elles s’éloignent.  L’élagage naturel, dont je parlais dans mon dernier poste.


En réalité, tout cela m'amène souvent à revoir mes choix.
En ce qui concerne l'amour, je suis exigeante puisque je n'éprouve aucun besoin d'avoir un amoureux, étant par nature assez égo-équilibré (un mot qui devrait exister !), je me conviens bien assez pour ne pas m'ennuyer, pour aimer mes journées créatives, les moments partager avec mes enfants et mes  rares, mais excellents, amis. N'ayant pas besoin d'un amoureux pour combler un trou, un manque, je n'ai aucune envie d'une relation qui n'apporte pas régulièrement ses  surprises, ses joies, sa créativité, sa douceur, sa tendresse, ses conversations passionnantes.

J'écoute le Sioux et je suis amusée de voir qu'il a les mêmes exigences.  Surtout - cela me réjouit ! - il aime une femme qui a les mêmes revendications.

En écoutant le Sioux me parler hier, je me disais qu’il était bon aussi que je sois vigilante et ne laisse pas passer ce qui ne me rend pas heureuse dans ma relation amoureuse, quelle qu’elle soit et peu importe le moment ou avec qui, je parle d’une de mes règles générales.

Aimer est, en ce qui me concerne, toujours un choix de chaque jour, et qui se fait avec art, dans le but d’enrichir ma vie d’une relation étonnante ! Je n’ai pas à, pour cause de gentillesse, ou par concept, à être en couple coûte que coûte.

Il n’est pas question pour moi d’avoir simplement un amant qui comble des envies, ni un amoureux qui bouche un malaise de solitude.
Chaque seconde que je passe avec mon amoureux, je choisis de la rendre intense.  Je désire être à son écoute, intuitivement, et auditivement. Si, par exemple, nous dansons ensemble, le reste du monde disparaît, je fais comme si c’était la première fois, comme si je devais le séduire à nouveau et à nouveau; si nous marchons ensemble, je fais en sorte que tout ce qui nous entoure et se passe autour de nous soit vécu avec un lien à lui.  Si nous parlons et discutons, j’essaye d’être réellement à son écoute et non en concurrence du style « mon idée en opposition à la tienne ».  Je m’émerveille encore et encore de la joie de toucher son corps, sa peau.  Cela parce que je suis attentive à chaque Instant de ce que nous vivons.
Mais si je sens que je suis la seule à faire cette démarche - ces « efforts » pourrait-on dire – un moment, j’arrête.  J’aime par-dessus tout l’échange !

Si je sens et remarque que mon amoureux se laisse prendre par la routine, ou par l’attitude du vainqueur qui a acquis sa « proie » je m’ennuie. J’aime en profondeur, mais aussi  par jeu, pour me faire surprendre par l’homme qui nourrit mes désirs !
Sinon, à quoi bon ? je suis tellement indépendante ! Tellement bien avec mes enfants, mon travail, mes amis que si je ne me sens pas étonnée par mon amoureux, je m’en lasse doucement.  J’ai du mal à surprendre mon amoureux, s’il ne me manifeste pas que cela l’amuse aussi, que cela  embellit aussi son existence.

Ce sont des choix.  Nous pouvons choisir de jouer, d’être sérieux ou ennuyeux.

Heureusement que j’ai une intuition qui m’indique ce que je ne puis voir de mes yeux ni entendre de mes oreilles : ce qui se passe à l’intérieur des autres.
Ainsi, je puis voir le désarroi d’un amoureux s’il ne sait comment faire, parce qu’il n’a pas eu d’exemple dans sa vie, pour me surprendre. Cette Intuition me rassure d’un mot simple du genre «  fatigue. Amour silencieux. Peur de t’aimer trop et d’en souffrir lorsque vous vous quitterez.  Envie de laisser le destin jouer l’avenir votre couple  »

(Ce choix d’attitude risque d’attirer exactement ce que l’on craint.)

Je choisis d’affiner cette écoute mystérieuse qui approche de plus en plus de la prédiction.

14:15 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

BBonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-26: CHOIX POUR LA VIE !

C'EST MATHÉMATIQUES ?

Cordialement

Clovis Simard

Écrit par : clovis simard | 03/02/2011

Les commentaires sont fermés.