27/08/2008

En écoutant Léonard Cohen

Mes mains me démangent et me poussent face à ce clavier pour le frapper afin de laisser s'échapper, et me soulager la tête, tout ce qui y trotte ces derniers jours.

Je discutais hier avec Françoise Simpère, grâce à ces technologies gratuites, et elle me posait la question "te considère-tu toujours comme une polyamour?"

Cela fait un an que je vis ma passion avec Letché et que personne d'autre n'est venu me tenter.  Mais je me sens polyamour, je ne puis me dire " c'est lui pour la vie, le seul et unique qui sera mon amour".  Par contre, je dis tous les jours, "aujourd'hui, je n'ai envie que de lui et de personne d'autres.  Demain, je verrai bien"

Mais qui sait, un jour, je tomberai sur un beau séducteur, un homme bien viril et ce jour là, un peu lassée par la routine, je plongerai à nouveau dans un nouvel amour, tout en aimant et désirant toujours Letché.  Je me connais.  C'est pour cela aussi que je lutte contre la routine, les habitudes.  Je ne suis pas toujours sûres d'y arriver aussi.

Même si, jusqu'à la fin de ma vie, il n'y aurait plus que Letché, je reste une polyamour car tout mes ex me manquent d'une certaine façon.  Les sentir malheureux me met la larmes à l'oeil, une envie de les prendre dans mes bras et leur donner goût à la vie me passe par le coeur. Leur bonheur me réjouit et me rend encore plus proche d'eux.

J'aime mon Letché, avec profondeur et passion.  Nous nous voyons assez souvent, à Bruxelles, ou chez lui.  J'essaye de ne pas être capricieuse, de comprendre que chacun à ses moments de cafard, de difficulté.  Je l'écoute, je le laisse parler, nous réfléchissons et en peu de temps, Letché retrouve sa joie de vivre.


C'est si amusant, si créatif, si enrichissant de créer des relations avec les autres!
C'est pour cela que je suis polyamour, j'adore ces expériences relationnelles et suis sont si uniques, chacunes!  Les hommes ont tant à donner et à nous apprendre, nous les femmes ! Petits êtres sensibles en réalités.  Tout viriles qu'ils soient, plus sensibles ils sont.



11:32 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

C'est cette liberté que j'aime dans le polyamour. La liberté d'aimer plusieurs personnes - ou qu'une seule. La liberté de mener plusieurs relations amoureuses - ou qu'une seule...

Ceux qui n'ont pas cette liberté, pensent que ceux qui l'ont en profitent pleinement. Qu'ils enchaînent et multiplent les conquêtes, affaires et relations amoureuses ou sexuelles.

Eh ben, pas forcement, comme le montre votre billet.
Moi aussi je n'ai qu'une seule relation amoureuse en ce moment (quoique j'aime deux hommes, mais ça c'est une autre histoire). Mais je suis libre d'aimer qui je veux et de commencer une autre relation amoureuse demain.

Écrit par : Noemie | 05/09/2008

Les commentaires sont fermés.