29/08/2008

un peu le cafard

Parfois, en ayant peur de certaines probalités, on anticipe, on se dit " de toute façon, cela va se terminer comme çi, ou comme ci

La peur nous fait imaginer des futurs qui n'existent pas.  Alors, on ferme son coeur, pour ne pas souffrir, puisque  persuadé que ce futur existera tel qu'on l'a imaginé.
Le problème, c'est que l'autre, se sentant donc moins aimé, (à cause du coeur qu'on ferme pour ne pas souffrir d'un futur qui n'existe pas encore)  s'éloigne en effet, prend ses distances, se disant " il ne m'aime plus, ou de moins en moins "

En fin de compte, arrive en effet le fameux futur craint.  Mais, le plus stupide dans tout ça, c'est que si il n'avait pas été imaginé, il n'aurait jamais existé.

 

Devinez quoi ?

Je ne veux pas vivre dans le futur.  Tant que je me sens aimée, de quoi faut-il avoir peur ?

 

L'INSTANT, TOUJOURS L'INSTANT SEUL APPORTE LE BONHEUR.

 

23:45 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Nous sommes partants pour la magie, pour moins nous ne le faisons pas.
La magie n'est pas un tour de passe-passe, la magie est ce sentiment intime et profond d'amour, de responsabilité et d'ouverture à la merveille de ce qui est, maintenant.

See you :)
Oli

Écrit par : OliCo | 30/08/2008

en tout cas on t'aime Qui on? Moi, bien sur et les lutins et lutines à qui je fais un billet vendredi. Je voulais juste t'embrasser et te dire que je suis 100% d'accord avec tes com' . Incroyable cette guerre de religion et ces anathèmes qu'on nous lance. Je me doutais que ce billet allait faire jaser, mais pas à ce point!

Écrit par : françoise | 03/09/2008

Les commentaires sont fermés.