25/11/2008

chacun sa façon d'aimer

Avant tout, je recommande aussi d'aller lire le dernier arcticle de Françoise Simpère.

"changer d'abord son propre logiciel"


Ce que je vis actuellement peut servir en effet d'un de ces multiples exemples en plus : il n'y a pas de norme à l'amour.

 

Entre letché et moi, je ne peux pas dire "c'est fini" mais certainement que, pour ceux qui aiment les cadres, les normes, les dogmes,  si on ne se voit plus, c 'est que c'est fini.

Nous nous voyons encore de temps en temps, en prenant un verre ensemble, en parlant tranquillement de nous, de nos complexes, de nos réactions.
Moi, j'ai toujours un désir fou de lui, j'ai toujours mon coeur qui  l'aime tel qu'il est. Même si j'ai demandé à terminer notre relation, ce qui était dans mon coeur n'est pas fini.  J'ai voulu mettre fin à une relation ( ce qui se passe entre deux individus) qui ne me nourrissait plus, ou me laissait dans un mal aise. Pour lui aussi.

Ne me sentant plus comblée,  mon esprit critique a alors fait surface en n'approuvantn plus ce qui n'est, normalement, pas critiquable, car ce sont ses choix et ils sont biens, ses choix.   Le fait est que mon esprit cherchait des coupables au mal que je ressentais.  Alors je me disais que s'il avait un autre job, se serait sûrement mieux entre nous, ou s'il habitait Bruxelles, se serait certaiment plus facile pour nous.  En réalité, tous ces éléments extérieurs ne sont jamais la cause des mals-aise dans un  couple.  les gênes viennent que le couple ne sait plus se donner ce qui le rendait heureux, souriant, enthousiaste, léger, confiant.

Lorque je suis avec Letché dans un café  ou un bar calme et paisible, je l'observe, je le bois de mes yeux, je l'écoute avec ma peau, je l'entends avec mon intuition et je me retiens alors de ne pas aller me loger dans ses bras, le nez enfui dans son cou afin de me gaver de sa bonne odeur.  Dans ses moments où nous nous retrouvons dans une relation enrichissante, mon esprit critique dort et ronronne comme mon chat lorsqu'il est confiant , couché sur mes genoux.

Je me sens simplement libre à nouveau, pas obligée de l'aimer, pas obligée d'aller le voir pour être dans la norme de ce qu'un couple vit.

 

Je suis totalement satisfaite de ce que je vis.  Et même, nous ne nous verrions plus du tout, je sais que je me sentirai proche de lui, comme si nous passions nos journées ensemble.

 

Ma façon d'aimer pour l'instant est donc ainsi : sans besoin de la présence de l'autre. Juste la certitude que notre amour est là.

La norme serait que nous vivions ensemble, ou du moins que nous partagions certaines activités ensemble pour se sentir satisfait.

Je suis satisfaite.
Je ne sais si Letché l'est.

La difficulté, c'est de trouver un équilibre dans tout ça.

Je n'érouve aucun désir pour Pascal ou pour le Sioux comme je l'éprouve pour Letché.
Et pourtant, ce désir n'a nullement besoin d'être assouvi.

 

Comme la carte du Tarot, le Fou, j'avance sans m'arrêter, même pas à cause du chien qui arrache le pantalon du Fou.


11:32 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

mystérieux parfois, je remarque que j'ai des votes sur mes articles.
Celui ci a reçu 4/5 .
J'aime bien le mystère. : qui a voté, qu'est ce qui a plu à la personnes, qu'est ce qui aurait pu être dit encore, ou mal dit ?

Écrit par : longuesjambes | 26/11/2008

femme libre Je pense souvent à toi, je viens te lire et je me dis que tu as en toi une vraie liberté, celle d'aller là où tu sens que tu dois être, de te fier à toi et d'assumer tous les bonheurs et toutes les difficultés de cette liberté sans te laisser ronger par le doute ni atteindre par les conseils des autres, tu sais aimer dans l'absence et rester libre dans la fidélité. Tu as écrit un jour que tu m'aimais comme une soeur, je t'aime de même, soeur d'âme. Il y a une telle connivence dans nos sentiments...

Écrit par : françoise | 29/11/2008

vote et voilà qu'une autre personne vote et me donne 0/5

:-)

J'adore mon imagination qui essaye de donner un visage, une analyse à ces votes. Un petit clic sur un chiffre et cela met en mouvement des pensées, des interrogations, des histoires imaginées.

C'est amusant.

Écrit par : longuesjambes | 02/12/2008

Les commentaires sont fermés.