30/11/2008

Sans peur, mais avec coeur, toujours de l'avant

Voilà ce que j'aurais rêvé vivre avec Letché : une confiance si vraie et réelle, que, si je lui dis " je t'aime, je te désire énormément " il soit heureux et comblé.
Une  confiance  si belle que s'il me dit " je t'aime, je te désire, j'en désire aussi d'autre, et cela ne m'éloigne pas de toi " je sois satisfaite, dans le bonheur vrai.
Je rêvais d'une relation où les moments passés ensemble n'auraient été nourris que de ce que nous vivions ensemble, étant bien à ces moments là précisément, parlant, riant,   discutant, partageant ce que nous aimons partager.  Une relation sans devoir savoir si le conjoint, ou la compagne, aime plus une autre personne, la désire plus, ou pas. Puisqu'en fait, lorsque nous serions ensemble, c'est parce que justement, nous nous désirons et nous nous aimons si fort  qu'être réunis est exactement ce que nous cherchons à cet instant là.


Qu'est-ce que cela change si entre temps il voit une autre femme, d'autres femmes,  qu'il vive avec elles des choses qui ne sont pas les mêmes qu'avec moi ?
Qu'est-ce que cela change entre nous, ce que je vis sans lui ? ? ?

J'aurais pu ne rien lui dire, ni de Génie, ni de mon envie de ne pas me donner de limite.
Par amour et respect pour celui qu'il me donne, je devais  le lui dire.

Il ne s'est rien passé l'autre soir entre Génie et moi, je n'ai envie de rien pour l'instant mais j'avoue que cette soirée improvisée à la dernière heure fut une bonne soirée, comme je les aime, avec cette saveur exceptionelle car - je me répète - le moment, les personnes, le lieu étaient uniques et ne pouvaient se vivre qu'avec lui.

Tu es pour toujours dans mon coeur, ma peau, mes pensées, cher Letché
Je sens que tu me quittes, je connais tes silences, je te connais, mon Bel Amour.

Si un jour, alors qu'il aimerait une autre femme,  il ait pourtant  envie de me voir, je serai heureuse de passer un long moment avec lui, d'autres beaux moments.  Je fondrai de bonheur de lui parler,  discuter, l'écouter les yeux pétillants d'amour, de joie de le retrouver, même si ce n'est qu'une soirée, le temps d'un verre ou d'un spectacle. Ou le temps d'une bonne nuit, d'une bonne après-midi d'amour. Nuit, après-midi, qui sera unique, même si d'autres suivaient.  Unique car sans promesse de futur, juste la sincérité merveilleuse du moment.  Je me réjouirai de partager avec lui ce qui ne peut se faire qu'entre lui et moi, car précisément, je suis moi et il est lui, deux personnes uniques créant une relation unique qui ne peut se vivre avec personne d'autre.
Je serai heureuse car j'aime sans limites, même celles du temps n'ont pas d'emprise sur ma façon d'aimer.

Je suis Longuesjambes, qui fut à toi, Letché, totalement, sincèrement, profondément et qui  peut encore l'être, mais pas exclusivement.

11:57 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

MESSAGE A LETCHE Letché, on s'est vu à Bruxelles et je sais ô combien elle t'aime, ô combien vous vous aimez. Tu es fou de laisser passer un amour aussi absolu, aussi sincère, aussi intelligent. Aussi rare surtout.

Écrit par : françoise | 02/12/2008

Les commentaires sont fermés.