05/01/2009

vraiment, les hommes sont-ils si différents des femmes ?

 En discutant avec quelques-unes de mes amies proches, je constate qu'elles ont  les mêmes interrogations que moi sur les différences flagrantes entre la façon d’aimer des femmes et des hommes.


Lorsque je tombe amoureuse d'un homme, je l'aime de plus en plus et mon désir pour lui augmente.  Chaque jour, même si  cela fait plus d'un an par exemple, j'apprécie mieux ses traits de visages la forme de ses mains, la silhouette de son corps. Tout cela nourrit à chaque fois mon désir pour lui, ma tendresse.
Je n’ai pas besoin qu’il mette des habits sexy, ni qu’il fasse preuve d’inventions spéciales pour que ce désir soit nourri.  Il est tout simplement nourri par la simple vue de lui-même, par sa simple gentillesse et galanterie.
Nos conversations, nos difficultés même, cela me rapproche encore plus de lui, et augmente mon amour.

Les hommes, cela semble une autre paire de manche !
Plus le temps avance, plus leur désir diminue.  Les premiers mois, il leur suffit de nous voir pour qu’ils bandent.  Et puis, on ne sait pourquoi, mais il faut trouver , en tant que femme, des trucs de plus en plus compliqués pour que leurs désirs reste vivace.  Genre, mettre des minijupes, des bas jarretelles, de la lingerie de plus en plus compliquée, sexy etc…….
Mais ces mêmes hommes sont aussi satisfaits de rester avec leur femme, l’aimant confortablement, la baisant gentiment sans trop d’effort. Il y a la de la commodité pour eux, une femme toujours disponible, qui les aime de toute façon, donc, ce n’est plus vraiment nécessaire d’être aussi amoureux et galant qu’au début de leur rencontre afin d’obtenir de la tendresse et de l’amour.

Une de mes amies m’a fait une magnifique   confidence.  Elle est la maîtresse d’un homme qui vit en couple.  En ce qui la concerne, cet amant est l’homme de sa vie, ils s’étaient rencontrés lorsqu’elle avait 19 ans. Cela fait plus d’un an qu’après des années d’absence, ils se sont retrouvés.  Mais elle n’est que sa maîtresse.  Alors qu’un jour, cet amant se retrouvait avec des amis et qu’ils jouaient à écrire la liste de leur « ex », ayant omis d’y écrire le nom de mon amie, un copain de l’amant lui dit :
-    Tu oublies, la belle Louve !
-    - Non, Louve n’et pas une ex.  Elle, c’est comme au cinéma !

Comment se fait-il que deux êtres qui sont censés vivre et s’aimer tout une vie ensemble ont tant de différences ?
Car, comme me le dit Louve avec lucidité «  Ce n’est probablement que parce que nous vivons dans un interdit que l’excitation et le désir persistent chez lui»

Les femmes, elles aiment leur homme comme au cinéma, pour toute une vie.  Elles sont fidèles, et dans leur cœur, et dans leur désir, pour leur mari ou compagnon.  Ce n’est que parce que ceux-ci s’éloignent d’elles en attention dans leurs rapports sexuels, que souvent elles prennent des amants. En fin de compte, elles aiment leurs époux et leurs amants.

Mais donc, pourquoi cette différence de désir entre la femme et l’homme ? Est une erreur de fabrication, ou bien est-ce nous qui nous nous trompons pensant qu’il faut vivre en couple exclusif avec un seul partenaire ?

Peut-être ne sommes-nous vraiment pas fait pour cela, peut-être que l’homme garderait plus son désir pour chacune de ses femmes  s’il pouvait en aimer et désirer plusieurs en même temps ? Peut-être que les femmes seraient moins frustrées, pouvant être désirées et aimées par d’autres hommes que leur mari ou compagnon officiel ?
Ce qui se passe en général, c’est qu’un homme attend de se lasser d’une femme pour en rencontrer une autre, se lasser d’elle aussi et ainsi de suite.  Je crois que s’il la culture sociale et religieuse dans laquelle nous serions élevés, permettait aux hommes et aux femmes d’aimer et désirer en même temps plusieurs partenaires, la lassitude envers ceux qu’ils ou elles aiment ne viendrait pas, ou en tout cas pas si vite.

Je me souviens lorsque je vivais encore avec Pascal et que je pratiquais ouvertement le polyamour, ou le libertinage, je me sentais de plus en plus amoureuse de Pascal, mon désir de lui, tel qu’il était et non tel que mes fantasmes le voulaient, grandissait.

Ce qui fait que je vais reprendre sérieusement ma vie de polyamoureuse en main.  Si, si !



08:52 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Comme au cinéma... Oui, tu as raison... Au cinéma, on ne fait pas des films d'amours banals. On fait des films sur les interdits. On fait des films sur ceux qui aiment plusieurs "conjoints".
Aimer comme au cinéma... Cela devrait pouvoir se vivre au quotidien tant c'est magnifique. Mais là est le piège de la vie justement ! : il faut choisir entre le film sublime qui marque om le quotidien...

Merci.

Écrit par : Antonella | 07/01/2009

mais oui, c'est la nature de la bête l'homme est un éternel chasseur, et la chasse est plus importante que la proie ! Une femme peut être la plus belle, intélligente, fidèle, etc. elle ne sera jamais la seule pour un homme. Lui, il veut découvrir, séduire, etc.

Écrit par : Frida | 06/03/2009

Ce que tu ne dit pas c'est que chez les femmes c'est pareil sauf que ça prend des années...

Écrit par : Alfi | 05/06/2009

Les commentaires sont fermés.