08/01/2009

Le Sioux , ce fragile

Letché est un homme fort, vraiment fort, je l'avoue.  Je l'admire,  Je suis certaine qu'il a un coeur très sensible aussi mais il a plus de force que le Sioux.  Je le constate à son attitude humouristique qu'il prend en parlant du Montagnard.

Le Sioux est comme un enfant, comme ceux dont je vois les blessures sur ces photos de Gaza.

Son enfance à lui ne fut pas plus rose que ça. Sa propre mère le laissait se faire torturer ( c'est le mot exact) par son beau-père. Il en reste des pleurs secrets, profonds, douloureux. Des cicatrices qui s'ouvrent dès  le moindre rejet, ou mépris de la part des autres.

Cela fait un an qu'il aime une femme qui lui convient, qui a du caractère, qui est belle, artiste, drôle surprenante.  Mais entre eux, c'est une passion brulante, parfois très blessante. L'un envers l'autre, ils s'envoient de pics, oubliant qui a commené le mauvais jeu, se le reprochant mutuellement.  Depuis un mois,  c'est la rupture. Mais je connais mon ami le Sioux, il a plus mal qu'il ne l'avoue.

je reçois cette après midi un sms de lui me disant qu'il me lègue toutes ses oeuvres, tous son materiel de peinture, et qu'il part.  Où, je n'en sais rien.
J'espère uniquement que ce n'est pas dans l'au delà.

Lorsqu'il m'envoit comme cela un message, je le connais, il est sincère, à ce moment là, il déteste le monde, les gens, les femmes, tout.  Car il ne sait plus où aller, qui aimer, que faire, comment vendre ses peintures, comment survivre.
Hier soir, il y avait un de ces vernissages mondains ou plusieurs artistes donnent une de leur création pour le bénéfice d'enfants mal traités.  Est-ce cela aussi qui touche l'inconscient du Sioux, se souvenant de son enfance ?  Il comptait y aller, espérant y croiser cette femme ; par colère, par rage, par amour.  Mais tout cela, il ne me le disait pas.   Il espérait lui montrer qu'il va bien, sans elle.

Le milieu habituel qui circule dans ce genre de vernissage n'est pas le plus tendre qui soit pour des personnages comme le Sioux.  Au contraire, c'est un milieu qui rejette fort et violemment des personnes comme lui, lui trouvant plein de reproche, justifiés vu de l'extérieur, injustifiés vu le but même de ce genre de vernissage à but charitable pour enfant mal traités.  L'excuse donné est que le Sioux est un adulte, qu'il "n'a  cas" s'en sortir de ses blessures d'enfance, qu'il "n'a cas" pas être si infernal que ça.

La sensibilité du Sioux se cache derrière toutes ses fanfaronnades. Celles-ci ne sont que des boucliers énormes, en acier, pour protéger ses blessures, pour qu'on ne vienne pas y piquer une fois de plus la lance du rejet et du mépris et de la supériorité.

Il espérait trouver une femme qui le comprenne, lui parle doucement, lui explique avec tendresse les limites à ne pas franchir , et lui donne cet enfant qu'il aurait élevé avec amour.  Dans toutes les nombreuses femmes qu'il a aimées, il a toujours espérer trouver celle qui le stabiliserait.

 

Hier, je crois qu'il a espérer se faire accepter, reconnaître, aimer tel qu'il est : turbulant, blessé, bon, optimiste.

Mais lorsqu'il a su que son ex s'y trouvait bien, à ce vernissage il est parti vite, avant de la croiser . . .  redoutant quoi ? 

 

Je n'arrive pas à le joindre.  Heureusement, j'ai toujours la clef de son atelier où je suis passée tout à l'heure.  Voyant que son manteau porté hier soir  y était, je sais donc qu'il se trouve dans son atelier.  Mais je n'avais pas la clef sur moi, elle se trouve avec ma fille qui a emprunté ma voiture. 

Je repasserai tout à l'heure.

Pourvu que tout aille bien !

16:26 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

coucou ,eh bien j'aibeaucoup apprécierde te lire, parfois lorsqueles gens expriment leurémotions d'une manière profonde et sincère,ainsique tule fais ilsnous permettent denous libérer denos émotions..et merciparceque de te lire, toi qui t'exprimes avec tant depassions m'a permis un peu de melibérer demes émotions..dis? j'ai pas tout suivi, mais donc les principaux hommes de ta vie, sont letché et pascal?
AFFECtueusement

Écrit par : dido | 08/01/2009

donc avec letché celas'est fini à cause dupolyamour ? en fait certaines personnes quiont peut etremanquée d'affections pendant leur enfance,éprouvent face au polyamour un manque d'affections, une insécurité affective,encore une sensation de n'être pas vraiment aimé,comme dansleur enfance? de n'être pas important, de n'être encore rien, qu'en penses tu ? alors que desenfants mieux choyés,dans leur enfance,le vivrons mieux,sans se sentir blessé interieurement, avec ce sentiment d'etre encoreune fois,pas vraiment aimé;;

Écrit par : dido | 08/01/2009

je soumets avec insistance cette petite réflexion à tapensée, ton avis m'interesse..

Écrit par : dido | 08/01/2009

Letché non, pour l'instant, les choses ne sont pas finies entre Letché et moi. Elles sont, je trouve plus profondes et sincères surtout car je suis dans la vérité et lui aussi.

je ne sais pas trop, en réalité, qui est plus à l'aise dans le polyamour. Mais c'est probable que ceux qui ont une enfance où ils doutaient d'être aimés, sont moins à l'aise et que ceux qui ont confiance en eux, en leur propre estime et donc, ne craigne pas le poluamour de leur partenaire. Mais on peut aussi imaginer que le polyamoureux cherche à combler un manque de reconnaissance dans son enfance.
En tout cas, ce que je crois c'est que ni les poluamour, ni les monogames ne doivent se considérer comme étant, chacun dans leur conviction, sûrs de détenir ce qui est juste et bien en amour. N'est juste et bien, et sûr, surtout de suivre sa propre nature, ses propres désirs et façon d'aimer. Peu importe les raisons inconscientes derrière cela. Vivre honnêtement ce que notre coeur à envie de vivre, qu'il en découle du bien , voilà pour moi la règle essentiel.

Écrit par : longuesjambes | 09/01/2009

Les commentaires sont fermés.