18/03/2009

Tantra Rouge

L’autre jour, je suis entrée - ô bêtise irrésistible ! - dans une librairie me jurant que je n'achèterai rien, et sortant de là avec trois livres.

Il y en avait un, présenté de façon attractive, qui se trouvait dans mon sac en quittant la librairie : "Tantra rouge torride " de David Ramsdale.

Il s'agit du tantrise antérieur à celui qu'on surnomme le tantra blanc, qui est plus pour les hommes, que pour les femmes.

Je vous donne d'abord son résumé et ensuite quelques extraits, car je suis contente de constater que mon Intuition ne s'est pas trompée et que mes expériences m'ont en effet démontrée par la suite.

« Vous tenez dans vos mains le premier mélange de récits érotiques tantriques et de préceptes de la sagesse sexuelle tantrique. Ces pages combinent l'inspiration extraordinairement torride, sensuelle et émouvante de la littérature érotique aux leçons sexuelles tantriques les plus profondes, les plus détaillées, et les plus éclairantes. Les enseignements de la Grande Déesse, qui furent receuillis il y a 6 000 ans dans le Tantra Rouge, sont révélés ici pour la première fois. Vous n'avez pas besoin de nier, réprimer ni manipuler l'orgasme naturel. L'orgasme sexuel détient les clés de l'univers, et le Tantra rouge torride montre pourquoi et comment. »



"La fréquentation de la pensée orientale - dont s'inspirent les idées transmises dans ce livre - peut aider. Avec la pratique, la femme pourra s'apercevoir qu'elle "a découvert sa véritable nature" Elle est entrée dans la vacuité, elle a disparue et elle est revenue. A partir du tantra rouge, elle a reçu la révélation de ce que plusieurs personnes cherchent à obtenir pendant des années sans y parvenir - une saveur directe de la vacuité, du nirvana, de l'impersonnel, du fond de l'être, du soi universel, de la conscience cosmique. Dans le tantra rouge, l'orgasme n'est pas nié, surpprimé ou manipulé. Au contraire, il est pleinement vécu. Quand une femme connaissait l'orgasme, cela était un signe que la déesse était satisfaite. Quand la déesse était satisfaite, alors la vie était bonne.

Telle était la position des chasseurs et ceuilleur néolithiques, de même que des premières sociétés agricoles. Ainsi s'est instaurée la tradiditon du tantra rouge, transmise de femme en femme à travers les siècles. En travestissant un peu les faits, le récits biblique d'Adam et Eve nous enseigne la vérité : tout a commencé par une femme. C'est elle, le fruit tendre de l'amour, qui a crée le tantra rouge dans la nuit des temps, au cours de ces premières et inoubliables conmmunions sexuelles sacrées avec la divinité. "




Ceci tout spécialement pour les Courtes-Cuisses ( ceux qui voient le mal partout) :

" Le plus significatif pour les couples sera de découvrir comment voir la forme transcendantale de l'absolu, de la conscience ou de la divinité dans le fait de pénétrer, sucer, lécher et masturber "



Et ceci en souvenir des mes amants chéris :
" Le secret intime du tantra rouge réside dans l'abandon total. La femme s'abandonne à son propre plaisir, a la passion rouge qui déferle dans son sang, dans son corps béni, universel et informe. je dis "corps béni, universel et informe " parce que lorsqu'elle aura fondu dans la béatitude, elle se sentira sans forme. Si elle ne ressent aucune crainte devant la perte de son identité, cette sensation extatique et vibrante de perdre sa forme s'ouvrira sur une expérience profonde et sprirituelle d'être universelle et sans frontière, d'être devenue la grand déesse dont le corps est l'univers. Le mâle s'abandonne à elle, à son plaisir à elle, et à son défi prêt à mourir à cet endroit sacré pour elle, à mourir noblement pour une vérité et un amour plusprpofond et plus élevés que lui-même.
Il sacrifie son corps et sa psyché sur l'autel de la vérité transcendante, qu'elle incarne dans la douceur, la richesse et la plénitude de l'amour. Elle est Aprhodite, l'essence et le pouvoir de la beauté pour inspirer et séduire.
Alors, l'homme peut connaître son OTM (orgasme transcendantal du mâle ) soudain, concis, fulgurant et intense, tout comme elle atteint non nirvana orgasmique graduel, prolongé et océanique "



" Le trantra enseigne que l'être humain recherche toujours le plaisir le plus grand parce que la pure essence du plaisir reflète sa vraie nature. En sanskrit, ce pur plaisir à l'origine de l'être, rencontré avec eclat au summum de l'orgasme sexuel, se dit "ananda" ou béatitude parfaite "




Ce que je dis autrement "pas de plaisir sans amour. Mais surtout, pas d'amour sans plaisir ! "

On ne peut dire "je l'aime " si il n'y a du plaisir avec cet être. On peut à la rigueur dire "j'ai de la compassion pour cet être"

On ne peut dire "je te désire" si il n'y de l'amour envers cet être. Car on ne désir que ce qui est amour quelque part.


17:58 Écrit par longuesjambes dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

"Pour les courtes-cuisses" Toujours aussi marrante L.J. :o)

Écrit par : OliCo | 18/03/2009

j'adore !!

Écrit par : de backer | 05/09/2010

Les commentaires sont fermés.